Type E
Agrandir l'image

LE MODÈLE

Genèse

En 1957, le coupé XK 150 est lancé. Pas de révolution au niveau de la robe. A part quelques détails de style, on reconnait sans mal la petite dernière de la longue lignée des XK 120 et XK 140. Si la carrosserie ne présente pas une énorme rupture avec les modèles précédents, un certain nombre d’évolutions techniques de taille sont toutefois présentes. La XK 150 S étrenne le fameux bloc 3.8 L et profite de 4 freins à disques. Mais la nouveauté n’est pas là où on l’attend. Le génial William LYONS ne se contente pas d’une belle évolution de ses XK, il prépare en secret une vraie révolution, une voiture de sport entièrement nouvelle.

Le lancement

Salon de GENEVE 1961, la toute nouvelle JAGUAR Type E est présentée. Cet OVNI en rupture totale avec le style grand tourisme habituel de la marque fait sensation. La presse s’affole et le public n’en revient pas.

Un des ingrédients du succès réside certainement dans le prix de la Type E. Lancée moitié moins chère qu’une FERRARI avec des performances équivalentes, chacun se projette dans une auto dont il pourrait presque être propriétaire. La Type E est donc immédiatement adoptée dans le cœur des passionnés.

Dans les années 60, on trouvait dommage que la marque ne sache pas assez s’inspirer des carrosseries de ses modèles de courses sur ses autos de série. Certains retrouveront enfin dans la Type E quelque chose de la fabuleuse Type D.

Dans les entrailles de la bête, la Type E est totalement nouvelle et différente. Malgré le caisson tubulaire que l’on aperçoit à l’ouverture du superbe capot avant, la Type E dispose bien d’une caisse autoporteuse. Les tubes du compartiment moteur servent simplement à créer une structure pour encadrer le moteur et supporter l’énorme capot (qui s’ouvre d’un seul tenant vers l’avant) et ne constitue donc pas une aide réelle à la rigidité de la caisse.

La Type E possède aussi 4 roues indépendantes équipées chacune de leur frein à disque. « INBOARD » à l’arrière, les disques de freins se retrouvent au centre de l’auto, de part et d’autre du différentiel. La place dégagée permet d’intégrer 4 amortisseurs, ce qui offre à la Type E une suspension arrière inédite, et qui lui vaudra longtemps des éloges en matière de tenue de route.

Les moteurs

Avec son 3.8L qui sera bientôt réalésé à 4.2L (en 1964), la Type propose des performances époustouflantes. 240km/h en pointe grâce à quelques 265ch SAE à disposition.

Le gros 6 cylindres « double arbre » respire à pleins poumons grâce à une rangée de 3 carburateurs SU. Grâce à son augmentation de cylindrée, le couple passe de 38.6 mkg à 42 mkg. Largement diffusée aux Etats-Unis, la Type s’adaptera bientôt aux nouvelles normes de pollution et troquera ses 3 carbus pour 2 STROMBERG « dépollués ». Dans ce cas, seuls 170ch restent à disposition. 

Avec son évolution à 4.2L, la belle en profitera aussi pour adopter une boite de vitesse entièrement synchro. La dernière série recevra enfin un gros V12 de 5.3L.

Les Séries et leurs particularités

Série 1 (1961 – 1968)

Les collectionneurs affutés sont souvent à la recherche de la Série 1. Certes elle est un peu moins facile à utiliser que les versions les plus ressentes, mais elle dispose de signes distinctifs très glamours. Les globes sur les phares sont par exemple du plus bel effet. 

A l’intérieur, les petits sièges baquets manquent de réglages mais sont d’une beauté singulière. Travaillé à la main, le tableau de bord et ses boutons « type aviation » profite d’une superbe couverture en alu bouchonné.

Dès 1964, des sièges inclinables beaucoup plus confortables seront installés et le tableau de bord perdra son aluminium pour du vinyle. Pour promener toute la famille, la Type E s’allonge et accueil 4 places.

Série 2 (1968 – 1970)

Les bulles de phares sont abandonnées, dommage… . Des pare-chocs plus gros permettent encore et toujours à l’auto de s’adapter au marché américain. Sur la série 1, le plus gros problème concernait la surchauffe du moteur. Le capot de la série 2 reçoit une ouverture plus prononcée. Avec l’adoption d’un énorme radiateur et de deux ventilateurs, l’auto est beaucoup plus à son aise dans les grandes villes.

Série 3 (1970 – 1975)

La Type E reçoit le gros V12 de 5.3L. Rebelote pour le manque de refroidissement qui malgré une calandre sans cesse agrandie (et pas embellie) ne sera jamais suffisant. Elle sera uniquement disponible en 2+2. La boite auto nécessitant un peu de place, seul l’empâtement long est utilisable. Les freins sont des GIRLING ventilés.

En 1974, les coupés sportifs sont modernes et « carrés ». La Type E fait un peu désuète et une remplaçante serait la bienvenue. Le V12 est difficile d’entretien et JAGUAR va entrer dans une période jalonnée de problèmes de fiabilité.

Plus de détails

EXEMPLAIRE PROPOSÉ

Jaguar Type E coupé série 1 4,2l 1965

Opalescent Maroon / cuir noir (matching color)

Matching numbers

Ajustements de qualité

Moteur neuf

BV5 Getrag + boite d'origine matching fournie

Echappement Inox

Gros freins

Allumage électronique 123

Train arrière neuf

Jantes 6,5 et pneus modernes

Climatisation

Historique

Cette type E a été livrée neuve aux USA comme la majorité des Jaguar le 08/02/1965 à son premier propriétaire Mr John H Raivistella. Nous ignorons ensuite son histoire aux états unis mais la voiture est immatriculée à Paris sous le N° 735 JBK 75 en septembre 1990. Puis sera immatriculée dans le nord, Mr Garnier, sous le n° 1874 SN 59 en octobre 1990. Elle reste dans les mains du même propriétaire jusqu’à une date située entre 2001 (facture d’entretien) et 2009 (facture d’entretien au nom du nouveau propriétaire). Elle sera ensuite immatriculée à Cannes, Mr Ferrandini, jusqu’en décembre 2013 puis change de main pour un propriétaire des Yvelines qui posséda cette type E entre 2013 et 2014. A cette occasion la mécanique fût entièrement restaurée à grands frais. L’auto change ensuite de main en 2015 pour un collectionneur de Sainte Maxime et revendue en février 2018 par the Motors Gallery à un collectionneur de Rouen.

 

Condition de l’auto

Mécanique

L’ensemble de la mécanique a été restauré à grands frais en 2014. Le moteur été complètement refait : rectification bloc, chemisage, rectification vilebrequin et traitement, volant moteur, nouveaux pistons, coussinets, etc… Modification du palier arrière d’étanchéité par un joint spi AR moderne rendant le moteur étanche !!  Réfaction train arrière complète et installation boite de vitesses Getrag 5 vitesses. La boite de vitesses 4 Jaguar Matching est donnée avec l’auto. Le moteur est quant à lui légèrement amélioré par l’adoption d’arbres à cames sports, d’un collecteur d’échappement 2’’ inox y compris collecteur. L’allumage électronique est installé. Un ventilateur électrique additionnel est installé pour un meilleur refroidissement dans les embouteillages. Passage de la culasse au sans plomb pour permettre l’utilisation des carburants modernes. L’auto a depuis parcouru entre 5 et 10000 km. La mécanique est aujourd’hui rodée et en parfaite condition.

 

Carrosserie

Cette type E n’a jamais été restaurée. Une peinture complète a été faite il y a quelques années et se trouve aujourd’hui encore en excellente condition. Un beau tendu, une belle brillance, et absence de peau d’orange ou autre. Quelques défauts par endroits liés à une utilisation, très discret et n’entachant en rien l’excellente tenue de cette auto. La qualité d’une type E se joue sur les alignements de ses ouvrants. Après analyse complète, cette type E n’a jamais subi d’accident en partie avant et arrière. Le capot s’en trouve parfaitement aligné, sans mastic ni maquillage sur le nez ou les rebords. Idem le plancher de coffre arrière n’a jamais été remplacé, toujours en soudures d’origine, du très beau et rare sur type E ! Les bas de caisse sont aussi parfaitement droits et exempt de traces de corrosion. Les portes G et D sont parfaitement alignées et ferment facilement d’un seul doigt, un vrai bonheur. La malle arrière présente un léger décalage dans sa partie basse, tout à fait acceptable pour une voiture jamais restaurée. Un petit défaut sur le coin inférieur bas de capot qui a été légèrement enfoncé en ouvrant le capot et un petit défaut de peinture également.  Par ailleurs la couleur Opalescent Maroon de cette Type E, un mélange entre rouge et marron, est celle d’origine de l’auto, d’autant plus intéressant que c’est une couleur très rare sur type E et très chic. Pour une fois l’effet Matching Color est intéressant ici en configuration de couleur et rend cette type E rare sur le marché.

 

Intérieur.

En cuir noir, l’association avec la couleur extérieure est superbe. Les cuirs sont ici en parfait état et présentent également une parfaite assise dans la tenue de la mousse. Les moquettes sont en bon état. Le ciel de toit est parfaitement tendu et en parfait état. Les cuirs de coffre arrière également superbes, une petite patine pour les amateurs. Le couvercle de levier de vitesses est différent de celui de l’origine lié à la pose d’une boite 5 vitesses Getrag, pouvant être réversible dans le futur car la boite de vitesses d’origine 4 est donnée avec l’auto. L’ensemble de l’instrumentation électrique fonctionne sauf le compteur de vitesse débranché, incompatible avec le branchement de la boite de vitesse. Un compteur GPS a été installé dans l'auto. Pour le plus grand confort intérieur, la climatisation a été installée dans cette Type E coupé en faisant une auto très agréable à conduire, et ce n'est que peu de dire qu'il fait chaud dans une Type E coupé !!!

 

Chromes

Il s’agit ici des chromes d’origine de la voiture et présentent parfois des défauts de brillance. Le collectionneur avide de pièces d’origine souhaitera les conserver tel que,  le re-chromage est aussi possible.

 

Essai dynamique :

Après s’être glissé au violant de l’habitable, il suffit de s’asseoir et de profiter de l’environnement juste magique, une type E c’est quand même quelque chose dans une vie ! On tourne la petite clé au tableau de bord, la pompe à essence se met en route et charge les carburateurs SU en essence. Une fois  le clic clic caractéristique arrêté, on peut presser le bouton du démarreur. Le moteur démarre instantanément sous un vrombissement, le bruit est déjà juste génial, ouaaaouu. On attend quelques secondes que le régime moteur se stabilise, on baisse un peu le starter et on peut partir. Les premiers tours de roues sont un vrai bonheur, une vraie émotion vous envahit immédiatement. La boite de vitesses est douce, aucun bruit parasite, tout fonctionne bien, un vrai régal à rouler. Au plus le moteur monte en température, au plus la voiture devient agile et douce, un vrai régal. Avec une type E 4.2, la souplesse du moteur permet aussi bien de rouler en 4eme à 1000 tours et de profiter des reprises du moteur, mais aussi d’accélérer fortement, et l’auto se transforme en un vrai missile sol sol… Une type E est une vraie icône de l’automobile, mais c’est pour une fois justifié !!!  

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Moteur

Type
Cylindrée
Puissance fiscale
Puissance max
Couple max

6 cylindres en ligne
4235 cm3
24 cv
265 ch à 5400 tr/min
411 Nm à 4000 tr/min

Performances

0-100 km/h
Vitesse de pointe

7,1s
240 km/h

Transmission

Type
Boîte de vitesses

Arrière
Boîte Manuelle 5 Getrag

Dimensions

Longueur
Largeur
Hauteur
Poids à vide

446 cm
163 cm

1275 kg

NOTRE AVIS

Nous sommes heureux de vous présenter ici une superbe Jaguar Type E coupé série 1 de 1965. Toujours dans sa couleur d’origine, la configuration Opalescent Maroon/cuir noir  de cette E est So Chic. La mécanique est ici entièrement restaurée à grands frais, Matching Numbers, Matching color, fiabilisée par l’adoption d’une boite 5 vitesses, allumage électronique, échappement inox 2’’,  jantes 6’’, pneus modernes, alignements de qualité, équipée de la climatisation …cette type E est rare sur le marché. Disponible en stock chez nous.

Contactez-nous
à propos de ce véhicule

 

Recevez notre
Newsletter